Portrait en buste, pour l’Ă©quilibre !

 

 

Habille ton Doodle

Point commun: une couronne Ă  porter.

Officielle,

décorative,

Fictive,

Plus le temps passe plus j’aime les portraits, les regarder, les faire, les imaginer: ceux griffonnĂ©s vite faits et ceux un peu plus aboutis, ceux en couleurs aplaties lisses des amis Adobe, ceux des musĂ©es qui m’Ă©patent ou me glacent…etc.

Aujourd’hui, ”rendre les absents prĂ©sents” n’a pas beaucoup d’intĂ©rĂŞt. Un portrait de personnes inconnus permet de crĂ©er une vie entière sur une seule feuille. Bref, d’inventer une histoire.

J’aime cette fausse immobilitĂ©, j’aime quand dans l’expression d’un visage se concentre l’action  condensĂ©e, compressĂ©e d’une vie, d’un rĂ©cit non officiel, non reconstruit.

Mes portraits sont souvent si pensifs, tellement en introspection qu’il en sont un peu tristes. Je voudrais changer cela mais je m en souviens toujours trop tard; lorsque la moue est fixĂ©e. Ainsi la reine a l’air de trouver sa couronne trop lourde. Elle prĂ©fèrerait ĂŞtre ailleurs. Ces faux portraits, sans codes ou portrait pas officiels du tout, en façon doodle, me dĂ©tendent, restaurent un Ă©quilibre. Telle est mon expĂ©rience tout au moins.

Essaie de doodle:

J’ai scannĂ© quelques pages du carnet. D’habitude, soit je les laisse noires et blanches, soit je rajoute  hâtivement une couleur digitale avant de les poser, sans trop de rĂ©flexion, sur ce Blog.

Ici, j’ai  essayĂ© de changer les couleurs des lignes et mes habitudes de palette: un visage bleu, pourquoi pas?